Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283
MALAKOFF PATRIMOINE
DERNIERE MISE EN LIGNE

CENTRE DE SANTE MARIE-THERESE
L’Association Marie-Thèrèse ouvre un dispensaire antituberculeux à Malakoff
1er Octobre 1918
Imprimer -

Dès 1914 l’équipe formée de Soeurs de Saint-Vincent de Paul et de Dames donatrices et bienfaitrices cherche à trouver des solutions pérennes pour assurer dans de bonnes conditions des soins médicaux à la population ouvrière de Malakoff pour qui l’hygiène sociale, l’éducation sanitaire, le dépistage des maladies ne sont guère à sa portée. En fait, tout est question de moyens dans cette jeune commune issue de Vanves ayant peu de services publics, sans hôpital ni service de santé. Plusieurs opportunités vont répondre aux attentes.

Deux impulsions sanitaires providentielles vont donner à l’équipe détachée de l’Hôpital Saint-Joseph les premiers espoirs : la loi Bourgeois qui institue les dispensaires antituberculeux (1916) et l’implication des Américains en France durant la première guerre mondiale avec la Croix Rouge Américaine et la Mission Rockefeller (1917) qui apporteront une partie des moyens financiers nécessaires à l’ouverture et au fonctionnement d’un dispensaire antituberculeux à Malakoff.

La lutte contre la tuberculose en France a véritablement démarré à l’occasion de la guerre de 14-18. Déjà très répandue auparavant, elle était considérée comme le type même de la maladie sociale, mais sa contagion a longtemps été très discutée dans le monde médical et politique c’est pourquoi l’action antituberculeuse ne sera le fait d’abord que d’initiatives privées, dispersées et sans grands moyens.

Avec le terrible conflit mondial le choc de la guerre en mouvement, puis les souffrances cruelles des tranchées ont provoqué l’apparition de nombreux cas de tuberculose parmi les soldats. Ces malades, la plupart dans un état sérieux, étaient réformés, sans pensions car ils n’étaient pas des blessés de guerre. Rentrés dans leurs foyers, incapables de travailler, souvent trop pauvres ou trop ignorants pour se faire soigner, ils tombaient à la charge de leur famille qu’en outre ils contaminaient. Un vaste mouvement d’opinion aboutira le 16 avril 1916 à la loi instituant les dispensaires d’hygiène sociale, dite Loi Léon Bourgeois. La circulaire d’application du 31 juillet 1917 impose par ailleurs le suivi des malades chez eux et la vérification de la mise en oeuvre des conseils reçus lors des consultations.

Le premier dispensaire de Malakoff

L’Association Marie-Thérèse créée le 12 mars 1918 voit son objectif se concrétiser le 1er octobre 1918 en devenant un dispensaire antituberculeux agrée, le premier service médical organisé à Malakoff. Ses moyens sont limités : cinq Soeurs infirmières de Saint-Vincent-de-Paul et trois infirmières laïques toutes diplômées, des Dames visitatrices bénévoles pour se rendre dans les familles et bienfaitrices de l’association. Le service médical est assuré par un médecin chef et un assistant. Lorsque les malades ont besoin d’un examen spécial ils sont dirigés vers l’Hôpital Saint-Joseph dans le 14ème arrondissement de Paris à deux kilomètres de là.

On y applique la méthode du docteur Calmette qui fut le directeur de l’Institut Pasteur de Lille qui plutôt que d’accueillir n’importe quel malade spécialise un dispensaire dans la lutte contre la tuberculose. Il en fait un instrument de dépistage, de prophylaxie et d’assistance aux tuberculeux, un lieu d’éducation sanitaire du peuple.

Cette orientation convient aux pionnières de Malakoff qui sont sur le terrain depuis 1912. En effet, les soins et les visites à domicile ne se limitaient pas à la seule technique mais a être proches des malades et de leurs familles en les aidant à mieux vivre moralement et physiquement. Un dispensaire agréé devenait une sorte de reconnaissance de leur travail assuré à Malakoff depuis six ans.

Un coup de pouce de la Croix Rouge Américaine et de la Mission Rockefeller

L’Association Marie-Thérèse va bénéficier d’un don important de 100 000 francs de la Mission Rockefeller ce qui va financer une partie de la création du dispensaire antituberculeux à Malakoff, un don qui arrive à point au moment de sa construction. D’autres dons participeront au développement du dispensaire provenant de la Croix-Rouge Américaine, Australienne, Anglaise et Canadienne.

La Mission Rockefeller créée en 1913 aux USA avec des moyens financiers et humains conséquents s’est donnée pour objectif le « bien-être de l’humanité ». En juillet 1917 la Fondation Rockefeller envoi en France une Commission. Pendant cinq ans elle va assurer un rôle important dans la lutte préventive contre la tuberculose par des campagnes de propagande qui ont mobilisé des techniques et des savoir-faire de publicitaires américains (affiches, brochures, dessins animées et films, conférences...). La Mission apporte également des aides financières, notamment pour les dispensaires antituberculeux, l’organisation de visiteuses d’hygiène, la formation d’infirmières...Le dispensaire Marie-Thérèse soutenu financièrement par la Mission Rockefeller utilise aussi auprès de ses patients leurs outils de communication. La Mission Rockefeller sera remplacée par le Comité National de défense contre la tuberculose.     -------------------------

Sources

- Archives Association Marie-Thérèse/Malakoff

- La Mission Rockefeller en France et la création du Comité national de défense contre la tuberculose (1917-1923). Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine (1987)

- La lutte antituberculeuse, instrument de la médicalisation des classes populaires (1870-1930), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest (1979)

- Rapport sur le concours pour le Prix Thorlet décerné par l’Académie des Sciences Morales et Politiques à l’Association Marie-Thérèse (1922)



Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter