2021

2020

2019

2018

2017

2016

En 2015

En 2014

En 2013

En 2012

En 2011

En 2010



A LA UNE

STREETART
"Elles", la fresque sur les femmes combattantes s’invite au collège Paul Bert de Malakoff
Imprimer -

Durant l’année scolaire 2020/2021 le streetartiste Seth One a répondu à une proposition de l’équipe pédagogique du collège Paul Bert : travailler avec les 25 élèves de la 3èmeE sur un projet dont l’aboutissement serait une oeuvre de streetart dans la cour de l’école sur le thème de femmes remarquables.

Le thème envisagé pour participer à une oeuvre de street art au collège Paul Bert n’était pas banal : rendre un hommage appuyé a des femmes combattantes d’ici et d’ailleurs aux itinéraires et engagements variés. Un challenge pour les jeunes malkoffiots.

Double beau projet aussi pour un artiste que de se confronter aux regards des ados sur le streetart et sur des vies remarquables de femmes et une chance pour le malakoffiot de revenir à Paul Bert car dit-il « revoir mon ancien collège où j’y ai passé quatre ans, cela m’a tout de suite séduit : échanger avec les jeunes sur mon art, transmettre ma passion dans un établissement scolaire c’est évidemment très enrichissant personnellement...

Je n’ai pas été surpris par la demande artistique, car le streetart au sein des établissements scolaires ça se fait de plus en plus. J’ai d’ailleurs participé à la fresque sur Jaurès et la paix dans l’école primaire Jean-Jaurès de Malakoff en 2018. Cette ouverture de l’Education Nationale au streetart est une certaine reconnaissance de l’art graphique urbain, un art assez jeune, pratiqué par beaucoup de jeunes artistes.

J’ai répondu positivement à l’équipe pédagogique du collège car nous étions en accord pour que ce travail soit un vrai projet pour les jeunes, certes accompagné par mes idées. Au final que les collégiens ne soient pas les petites mains d’un artiste.

Le thème m’a particulièrement accroché, comme les élèves d’ailleurs parce qu’il est pertinant et contemporain et surtout il y avait la volonté de mettre aussi en avant des parcours exemplaires de femmes de Malakoff, encore trop invisible dans l’espace public de la ville... »

Une expérience pédagogique et des débats

Lors d’une première rencontre avec les élèves Seth One leur faire découvrir sa culture du « graff », son travail sur le lettrage et sa structure dans une oeuvre de streetart, un peu sa spécialité. Après cela les recherches biographiques sur les femmes remarquables sont lancées. Plusieurs professeurs-es s’investissent, EPS, mathématiques, français, anglais, histoire, avec aussi un soutien des services culture et archives de la Mairie de Malakoff.. Il a bien fallu faire une sélection, pas facile, mais objet de discussions et d’arguments. Pour tous ce fut une bonne expérience pour parler de la place des femmes dans la société, l’évolution de l’égalité femmes-hommes et surtout du combat persévérant de femmes pour vraincre le sexisme, résister à différentes formes d’oppression et de racisme, participer à l’émancipation des femmes dans l’engagement politique et syndical.

10 femmes ont été retenues : Sophie Germain, mathématicienne française (1776-1831), Louise Michel, institutrice figure de la Commune de Paris (1830-1905), Harriet Tubman, militante antiraciste et féministe américaine (1825-1913), Giselle Halimi, avocate française du Droit des femmes (1927-2020), Simone Veil, Déportée, magistrate et ministre française (1927-2017), Kathrine Switzer, sportive américaine qui a bravé l’interdiction du marathon de Boston aux femmes (né en 1947), Niki de Saint-Phale, artiste plasticienne féministe et anti-raciste (1930-2002), Augustine Variot, militante polique,1ère femme élue au Conseil Municipal de Malakoff en 1925 (1869-1959), Simone Goffard, militante politique, maire adjointe de Malakoff (1920-2017), Léa Figuères, Résistante, militante politique féministe à Malakoff (1922-2020).

Une oeuvre participative

Le travail artistique proprement dit sur deux murs de la cour principale du collège pouvait s’engager. Après avoir partagé avec les collégiens ses idées de mise en forme, de restitution graphique, le streetartiste qui vient du tag et du graffiti et adepte des couleurs primaires propose en accord avec l’équipe pédagogique le choix de n’inscrire que le prénom des femmes retenues pour la fresque, renforcé par des clins d’oeil graphiques principalement des mots : résistante, féministe, justicière,, liberté, anarchiste, mon corps m’appartient, 1871... 

« En n’inscrivant que les prénoms nous voulions rendre un hommage à toutes les femmes engagées. Le choix des lettres, une façon aussi de rappeler qu’il y avait beaucoup d’imprimeries à Malakoff autrefois, même clandestines pendant la Résistance durant l’occupation nazi... »

Tous les élèves se sont mis au travail sur la fresque : les aplats de couleur pour les plus doués, certains contours pour d’autres, les ombrages, le tout est repris par Seth One « Je suis content du travail collectif réalisé, les jeunes étaient plutôt satisfait d’eux, surpris même du résultat, en tout cas heureux de laisser quelque chose dans leur collège avant la dispersion dans les lycées »

L’oeuvre a trouvé un nom « ELLES ». Son inauguration a eu lieu le 28 juin 2021. Elle fait désormais partie de la quinzaine d’oeuvres de street art qui égayent les murs de la ville de Malakoff, la deuxième dans le collège Paul Bert.







Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter